formation

Devenir formateur, se former à apprendre et à avoir une sérieuse expérience métier

À la différence des instituteurs et des enseignants, le formateur forme des adultes, notamment des salariés de tous statuts et des demandeurs d’emploi. Il transmet des connaissances théoriques, pratiques et professionnelles très spécialisés à ces derniers et il vise surtout à favoriser leur insertion professionnelle ou leur adaptation aux évolutions techniques et professionnelles.
Zoom sur le parcours à choisir pour devenir formateur.

Les formations à suivre pour devenir formateur

En général, il est possible de choisir entre un parcours universitaire et un parcours vers un titre professionnel de formateur pour pouvoir exercer le métier de formateur. Le cursus universitaire se traduit par le suivi de formations particulières niveau bac+3 ou niveau bac+5, dont :
la licence pro métiers de la GRH – formations, compétences et emplois – ingénierie, conseil et animation de formation – ICAF dans l’Université d’Avignon ;
la licence pro métiers de la GRH – assistant- formateur en milieu professionnel dans l’Université de Bourgogne ;
le master pro – EAF ou FEC Grenoble 2 – sciences de l’éducation et de la formation Tours ;
les formations du Cnam ou de l’Afpa.
Bien sûr, il existe aussi des formations continues intéressantes telles que le CQP formateur – consultant et le DUFA ou diplôme d’université formateur d’adultes.
Pour ce qu’il en est du parcours vers un titre professionnel de formateur, il consiste à s’orienter vers une formation accélérée qui permet d’avoir de solides connaissances théoriques et pratiques via un stage d’immersion au sein d’un organisme de formation.

Les qualités requises pour devenir formateur

Pour devenir formateur, il faut avoir plusieurs années d’expérience dans un domaine précis afin d’avoir des connaissances et du savoir-faire à transmettre. Pour devenir formateur dans les métiers du numérique, il faudra avoir exercé le métier plusieurs années. Et il en est de même pour tous les métiers. Mis à part cela, il faut aussi posséder les qualités des enseignants, c’est-à-dire la pédagogie, la patience, le sens du relationnel et le sens de l’écoute. Il faut également savoir s’adapter à des publics variés. Puis, il faut disposer d’une grande autonomie intellectuelle et psychologique.
Par ailleurs, un bon formateur songerait aussi à mettre à jour ses connaissances et à mettre en place une veille intellectuelle rigoureuse pour ne rien manquer et pour répondre aux attentes des entreprises.
Il doit être capable de définir lui-même le contenu pédagogique et le déroulement de la formation en concevant des exercices, des mises en situation et des documents de synthèse. Et il doit aussi savoir évaluer les compétences de ses élèves pour établir un bilan à la fin de la formation. Enfin, maintenant qu’on passe à l’ère du digital, tout formateur doit aussi savoir animer une formation en ligne.