avocat

Avocat salarié, opportunités de travail et salaire

Savez-vous que les avocats peuvent aussi bénéficier du statut de salarié ? Ces professionnels du droit n’agissent pas toujours en tant qu’indépendants.

Ils peuvent aussi postuler et devenir salariés au sein d’une entreprise ou au sein d’un cabinet. Ainsi, ils peuvent donc toucher un salaire mensuel comme les employés classiques et ils peuvent posséder un contrat de travail à temps plein ou à temps partiel.

Le statut d’avocat salarié

L’avocat salarié conclut normalement un contrat de travail avec son employeur et s’engage à accomplir les missions que ce dernier lui confie. Il est tenu par son serment et par sa déontologie. Ce qui signifie qu’il doit respecter les principes de tous les avocats dont la loyauté, l’honnêteté, le secret professionnel et la dignité.
Il doit aussi respecter ses clients, ses confrères, les magistrats et toute autre personne qu’il fréquente dans le cadre de ses missions et il doit respecter les règlements intérieurs de l’entreprise.
Question rémunération, l’avocat salarié perçoit un salaire mensuel. Il est redevable de l’impôt sur le revenu et il peut obtenir des promotions.
Par ailleurs, l’avocat salarié est aussi soumis à un lien de subordination. Il a un employeur et il doit répondre aux exigences de ce dernier. Enfin, contrairement à l’avocat collaborateur, l’avocat salarié ne peut pas faire de démarchage. Ses clients lui sont généralement attribués par son employeur.

Le petit souci avec le métier d’avocat salarié

Si les avocats salariés sont rares, c’est parce qu’il n’y a que très peu d’offres et d’opportunités de travail. En fait, le statut salarié n’est pas adapté à l’exercice de la plupart des cabinets. Il convient uniquement aux grandes structures qui peuvent se permettre un service compta/RH pouvant centraliser toutes les tâches et offrir des contrats salariés.
Le fait de ne pas pouvoir faire des dossiers « persos » constitue aussi un frein pour les activités d’avocats, notamment pour les généralistes. Ce n’est pas du tout rentable et cela n’enrichit pas l’expérience des jeunes avocats.
En outre, le salariat est donc dédié uniquement aux très grosses structures d’avocats d’affaires à forte dominante fiscaliste. Il n’est avantageux ni pour les petites et moyennes entreprises ni pour les avocats.
Tout ce qu’il peut apporter aux avocats c’est la sécurité du salarié, notamment le chômage, le CDI, les vacances, le RTT et la rémunération. Ce qui incite souvent les avocats à se tourner vers d’autres statuts et devenir avocat indépendant ou avocat collaborateur.